Qui devra décider et comment ?

Pour que le Grand Paris fonctionne mieux, il devra être mieux organisé. Citoyens, acteurs publics, privés, nous avons tous un rôle à jouer. Quelles sont vos propositions pour une nouvelle organisation, une nouvelle gouvernance, un nouveau gouvernement pour le Grand Paris ? Dans cette nouvelle organisation, il s’agira de déterminer quels seront les acteurs, quelles seront leurs compétences, et quelles seront leurs modalités de prise de décisions.

Une gouvernance démocratique, enfin

Par wil_human93 Signaler cette discussion

Les représentants doivent s'accorder rapidement sur la facon de vivre ensemble, de s'accorder, de créer du commun au-dela de leur territoire de référence. Leur territoire de référence des élus doit devenir la métropole, et non pas simplement leurs communes, départementss ou intercommunalités. Aucun échelon n'est de trop mais des entités techniques brouillent la gouvernance de l'ensemble et rendent possible que des services urbains soient appropriés par des lobbies :  les syndicats intercommunaux techniques.

La métropole doit favoriser l'accès aux biens communs : eau, electricité, energie verte...

Un grand débat dans le débat de la réforme territoriale doit avoir lieu sur la gouvernance francilienne, et plus particulièrement sur l'exception de gouvernance. Droit à l'experimentation comme la locomotive de la France ? Droit à l'égalité territoriale ?  Nous ne devons penser la France comme la métropole francilienne ou réciproquement : une imbrication de territoires de vies et d'usages multiples. La région IDF doit-elle accoucher d'un pôle métropolitain ? d'une série de pôles métropolitains géographiquement en couronne mais associant systématiquement la ville de Paris ?

La gouvernance francilienne devra s'orienter vers plus de transparence, de lisibilité, de démocratisation : y-at'il choix consenti lorsque des informations se superposent les unes aux autres ? Lisibilité ne signifie pas simplification, bien au contraire. Depuis la relance du débat, les formes se confondent aux yeux des citoyens, des techniciens et des élus, des géographies s'enchevetrent entre elles sans réelle transparence : CDT, SCOT, région, département, cluster...

Une nouvelle instance de coordination doit être crée mais sans devenir une nouvelle collectivité... mais comment garantir une légitimité démocratique à ce Conseil de la région métropolitaine ? ce Forum métropolitain ? Cette Assemblée ? Ce "Conseil" devrait mêler les personnalités : des élus, des techniciens, des représentants de la société civile ayant chacun une voix et une force de rpoposition. On recherche à tort la bonne formule d'instance démocratique mais toujours en essyant une forme pure en divisant les élus, les usagers, les techniciens, ainsi on sectionne encore l'intensité démocratique de la métropole.

 

S'il est décidé de la création d'une administration métropolitaine, un recrutement métropolitain doit être assuré et garanti, à savoir la circulation de directeurs, d'agents, de responsables de service d'une ville, d'une communauté d'agglomération dans la nouvelle administration selon les compétences et les souhaits des agents. Un an maximum de durée dans l'administration selon des logiques de projets. Une nouvelle administration répliquée à l'ancienne risquerait de créer une super-administration éloignée de la technicité du terrain, de la multiplicité des territoires et des points de vue.

 

 

 

 

 

Pour répondre, connectez-vous

Commentaires